La Banque Scotia annonce les résultats de son deuxième trimestre

Fecha : 26/05/2020 @ 05:01
Fuente : PR Newswire (Canada)
Emisora : Bank of Nova Scotia (BNS)
Cotización : 55.09  -1.15 (-2.04%) @ 09:56
Bank of Nova Scotia Cotización de acciones Gráfica

La Banque Scotia annonce les résultats de son deuxième trimestre

Bank of Nova Scotia (TSX:BNS)
Gráfica de Acción Histórica


De May 2020 a Jul 2020

Haga Click aquí para más Gráficas Bank of Nova Scotia.

Sauf indications contraires, tous les montants sont en dollars canadiens et se fondent sur les états financiers consolidés intermédiaires résumés (non audités) de la Banque pour le trimestre clos le 30 avril 2020 et sur les notes connexes préparés selon les Normes internationales d'information financière (IFRS). La version complète du rapport aux actionnaires du deuxième trimestre de 2020, y compris les états financiers intermédiaires (non audités) pour la période close le 30 avril 2020, est disponible sur le site de SEDAR, au www.sedar.com, et sur la section EDGAR du site de la SEC, au www.sec.gov. De plus, le rapport d'informations financières supplémentaires ainsi que le rapport aux actionnaires du deuxième trimestre de 2020 sont disponibles à la page Relations avec les investisseurs au www.banquescotia.com.

Faits saillants du deuxième trimestre - résultats présentés

Faits saillants du deuxième trimestre - résultats ajustés1) 

(comparaison avec T2 2019)

(comparaison avec T2, 2019)



• Bénéfice net de 1 324 millions de dollars, comparativement à 2 259 millions de dollars

• Bénéfice net de 1 371 millions de dollars, comparativement à 2 263 millions de dollars



• Bénéfice dilué par action de 1,00 $, comparativement à 1,73 $

• Bénéfice dilué par action de 1,04 $, comparativement  à 1,70 $



• Rendement des capitaux propres de 7,9 %,  comparativement à 13,8 %

• Rendement des capitaux propres de 8,2 %, comparativement à 13,6 %



 

« Bien que la pandémie de COVID-19 ait influé de façon importante sur nos résultats du deuxième trimestre, nous sommes demeurés pleinement fonctionnels, tout en donnant la priorité à la santé et à la sécurité de nos employés. La Banque a toujours été aux côtés de ses clients dans les moments difficiles et nos équipes dévouées ont veillé à ce que nos millions de clients partout dans les régions où nous exerçons nos activités obtiennent un allégement financier. La Banque demeure bien positionnée du point de vue des capitaux et des liquidités, et elle dispose d'un niveau approprié de réserves pour supporter les pertes sur créances éventuelles. Les efforts de repositionnement et les investissements considérables que nous avons effectués dans les technologies au cours des dernières années nous ont permis d'apporter un soutien à nos clients en cette période difficile. Au cours du trimestre, nous avons implanté plusieurs solutions bancaires numériques qui nous ont permis d'offrir un allégement financier à environ 300 000 ménages canadiens et de traiter plus de 2 millions de demandes d'aide soumises par nos clients du secteur des Opérations internationales.

Nous sommes également fiers d'aider les collectivités des régions où nous sommes présents. Nous avons octroyé à cet effet plus de 15 millions de dollars en soutien aux gens qui sont les plus menacés par cette pandémie. Cette aide est complémentaire à nos programmes offerts en partenariat et à notre soutien continu aux hôpitaux et au personnel soignant, à qui nous devons de la reconnaissance pour le courage dont ils font preuve durant cette crise sanitaire sans précédent.

Au nom de l'équipe de direction de la Banque Scotia, je souhaite remercier sincèrement tous nos employés qui assurent les services bancaires essentiels dont nos clients ont besoin. Je vous suis reconnaissant de votre souplesse et de votre bonne volonté à vous adapter rapidement aux nouveaux milieux et aux nouvelles charges de travail, tout en continuant de faire des clients notre priorité, de même que l'aide que vous vous apportez les uns les autres ainsi qu'à nos collectivités. Nous sommes ravis de la collaboration qui s'est mise en place entre les équipes et les secteurs d'activité afin de mener à bien cette entreprise et je n'ai aucun doute que ce niveau de collaboration sera maintenu tout au long de cette période difficile », a déclaré Brian Porter, président et chef de la direction de la Banque Scotia.

 

TORONTO, le 26 mai 2020 /CNW/ - La Banque Scotia a affiché un bénéfice net de 1 324 millions de dollars pour son deuxième trimestre, comparativement à 2 259 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice dilué par action s'est établi à 1,00 $, ce qui représente une baisse de 42 % par rapport à celui inscrit l'an dernier, qui s'était chiffré à 1,73 $. Le rendement des capitaux propres s'est situé à 7,9 %, contre 13,8 % il y a un an.

Banque Scotia. (Groupe CNW/Scotiabank)

Le bénéfice net ajusté1) s'est chiffré à 1 371 millions de dollars et le bénéfice dilué par action s'est fixé à 1,04 $, ce qui représente des baisses de 39 % par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le rendement des capitaux propres s'est élevé à 8,2 %, contre 13,6 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances, qui a atteint 1 846 millions de dollars pour le trimestre, et les dotations relatives aux enquêtes et aux activités liées aux métaux ont influé de façon importante sur les résultats2).

Le Réseau canadien a réalisé un bénéfice ajusté de 481 millions de dollars et il a offert un allégement financier à plus de 300 000 clients de la Banque Scotia dont les produits de prêts totalisent 60 milliards de dollars. Plusieurs solutions bancaires numériques ont été implantées pour aider les clients, y compris un outil pour présenter une demande en ligne pour l'octroi d'un prêt aux termes du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et l'inscription en ligne pour le dépôt direct des allocations accordées aux termes de la Prestation canadienne d'urgence et de la Subvention salariale d'urgence du Canada aux clients qui y sont admissibles dans le but de faciliter l'accès aux fonds de secours octroyés par le gouvernement.

Les Opérations internationales ont enregistré un bénéfice ajusté de 197 millions de dollars. Ce secteur d'activité a traité jusqu'à présent plus de 2 millions de demandes aux termes du programme d'aide à la clientèle. Compte tenu de notre capacité numérique dans les pays de l'Alliance du Pacifique, environ 80 % des demandes présentées au titre du programme d'aide à la clientèle ont été acheminées par l'entremise d'outils numériques omnicanaux. Ainsi, plus de 140 000 clients ont adopté nos solutions bancaires numériques et nos opérations numériques ont donc grimpé de 50 %.

La Gestion de patrimoine mondiale a dégagé un bénéfice ajusté de 314 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 4 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Le rendement au cours du trimestre de ses fonds diversifiés et de ses solutions de portefeuille a été supérieur à celui des indices de référence de marchés et des entreprises comparables, ce qui témoigne de sa forte performance en matière d'investissement en dépit des conditions de marché difficiles et de la volatilité considérable des marchés boursiers. Nous avons atteint des chiffres record au cours du trimestre en ce qui concerne l'ouverture de nouveaux comptes clients et le volume d'opérations sur titres effectuées par l'entremise de Scotia iTRADE. Le secteur a également bénéficié des entrées d'investissement et de l'accroissement des prêts générés par l'ensemble de ses activités.

Les Services bancaires et marchés mondiaux ont généré un bénéfice de 523 millions de dollars, soit une hausse de 25 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. Ce secteur a réalisé une forte performance au cours du trimestre grâce à ses opérations sur titres à revenu fixe, et ce, malgré la volatilité des marchés. Afin d'aider les clients à passer au travers de cette crise, les Services bancaires et marchés mondiaux ont octroyé près de 300 milliards de dollars sous forme de prêts tout en étant une source importante de liquidités pour les clients d'affaires.

Le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 de la Banque s'est établi à 10,9 % et le ratio de liquidité à court terme, à 132 %. Les niveaux élevés de capitaux et de liquidités continuent de protéger la Banque durant les périodes incertaines.

______________________________
1) Se reporter aux mesures non conformes aux PCGR à la page 3.

2) Se reporter à la page 51 du Rapport trimestriel aux actionnaires pour le deuxième trimestre de 2020.

 

Résultats financiers

Résultats présentés


Pour les trimestres clos les

Pour les semestres clos les


30 avril

2020


31 janvier

2020


30 avril

2019


30 avril


30 avril


(non audité) (en millions de dollars)




2020


2019


Revenus d'intérêts nets

4 417

$

4 392

$

4 193

$

8 809

$

8 467

$

Revenus autres que d'intérêts

3 539


3 749


3 610


7 288


6 940


Total des revenus

7 956


8 141


7 803


16 097


15 407


Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

1 846


926


873


2 772


1 561


Charges autres que d'intérêts

4 363


4 418


4 046


8 781


8 217


Charge d'impôt sur le résultat

423


471


625


894


1 123


Bénéfice net

1 324

$

2 326

$

2 259

$

3 650

$

4 506

$

Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales

15


39


70


54


181


Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque

1 309

$

2 287

$

2 189

$

3 596

$

4 325

$

Actionnaires privilégiés et porteurs d'autres instruments de capitaux propres

66


25


64


91


93


Actionnaires ordinaires

1 243

$

2 262

$

2 125

$

3 505

$

4 232

$

Bénéfice par action ordinaire (en dollars)











De base

1,03

$

1,86

$

1,74

$

2,89

$

3,46

$

Dilué

1,00

$

1,84

$

1,73

$

2,84

$

3,44

$

Mesures non conformes aux PCGR

Pour évaluer sa performance, la Banque a recours à diverses mesures financières. Certaines d'entre elles ne sont pas calculées selon les principes comptables généralement reconnus (les « PCGR »), lesquels sont fondés sur les Normes internationales d'information financière (les « IFRS »), ni définies par les PCGR. Ces mesures n'ont aucune signification normalisée qui assurerait qu'elles sont cohérentes et comparables à celles du même nom ou à des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. La Banque est d'avis que certaines mesures non conformes aux PCGR sont utiles pour évaluer la performance des activités courantes et qu'elles permettent au lecteur de mieux comprendre comment la direction évalue la performance. Ces mesures non conformes aux PCGR sont utilisées dans le présent communiqué de presse et elles sont définies dans la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » du Rapport trimestriel aux actionnaires pour le deuxième trimestre de 2020.  

Résultats ajustés et bénéfice dilué ajusté par action

Les tableaux suivants présentent les rapprochements des résultats financiers présentés conformément aux PCGR et des résultats financiers ajustés non conformes aux PCGR. Les résultats financiers ont été ajustés pour tenir compte des éléments suivants :

1) Montants liés aux acquisitions et aux cessions - Les montants liés aux acquisitions et aux cessions se définissent comme suit :

A) Coûts liés aux acquisitions

1. Coûts d'intégration - Comprennent les coûts engagés dans le cadre d'acquisitions qui sont liés à l'intégration des activités acquises et qui sont comptabilisés dans les secteurs d'exploitation Gestion de patrimoine mondiale et Opérations internationales. Ces coûts cesseront d'être engagés une fois l'intégration réalisée. Les coûts se rapportent aux acquisitions suivantes :

  • Banco Cencosud, Pérou (conclue au deuxième trimestre de 2019);
  • Banco Dominicano del Progreso, République dominicaine (conclue au deuxième trimestre de 2019);
  • Gestion financière MD, Canada (conclue au quatrième trimestre de 2018);
  • Jarislowsky, Fraser Limitée, Canada (conclue au troisième trimestre de 2018);
  • les activités de services aux particuliers et aux petites et moyennes entreprises de Citibank, Colombie (conclue au troisième trimestre de 2018);
  • BBVA, Chili (conclue au troisième trimestre de 2018).

2 Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions, à l'exception des logiciels. Ces coûts se rapportent aux six acquisitions susmentionnées ainsi qu'à des acquisitions antérieures et sont comptabilisés dans les secteurs d'exploitation Réseau canadien, Gestion de patrimoine mondiale et Opérations internationales.

B) (Profit net) perte nette sur les cessions - La Banque a annoncé un certain nombre de cessions en 2019, conformément à sa stratégie de repositionnement. Le profit ou la perte sur les cessions est comptabilisé dans le secteur Autres et se rapporte aux cessions suivantes :

  • le placement dans Thanachart Bank, en Thaïlande, comptabilisé selon la méthode de la mise en équivalence (conclue au premier trimestre de 2020);
  • Colfondos AFP, en Colombie (conclue au premier trimestre de 2020);
  • les activités à Porto Rico et dans les îles Vierges des États-Unis (conclue au premier trimestre de 2020);
  • les activités d'assurance et de services bancaires au Salvador (conclue au premier trimestre de 2020);
  • les activités d'assurance et les activités liées aux caisses de retraite en République dominicaine (conclue au deuxième trimestre de 2019).

2) Compte de correction de valeur pour pertes sur créances - Ajout d'un scénario - La Banque a modifié sa méthode d'évaluation du compte de correction de valeur pour pertes sur créances au cours du premier trimestre de 2020 en ajoutant un autre scénario qui, à l'instar de la tendance qui se dessine au sein des grandes banques internationales en ce qui a trait à l'application de l'IFRS 9, est encore plus pessimiste et reflète la prudence dont fait preuve la Banque à l'égard de la dotation au titre des pertes sur créances attendues. La modification a donné lieu à une augmentation de 155 millions de dollars de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances qui a été comptabilisée dans les secteurs d'exploitation Réseau canadien, Gestion de patrimoine mondiale, Opérations internationales et Services bancaires et marchés mondiaux.

3) Ajustement de l'évaluation des dérivés - La Banque a amélioré sa méthode de détermination de la juste valeur, spécialement en ce qui concerne les dérivés de gré à gré non garantis, ce qui a donné lieu à une charge avant impôt de 116 millions de dollars au premier trimestre de 2020. La charge a été comptabilisée dans les secteurs d'exploitation Services bancaires et marchés mondiaux et Autres.

4) Perte de valeur d'un actif logiciel - La Banque a comptabilisé une perte de valeur de 44 millions de dollars avant impôt dans le secteur d'exploitation Autres au premier trimestre de 2020, laquelle se rapporte à un actif logiciel.

Rapprochement des résultats présentés et ajustés et du bénéfice dilué ajusté par action
















Pour les trimestres clos les

Pour les semestres clos les

(en millions de dollars)

30 avril 

2020

31 janvier
2020

30 avril

2019

30 avril

2020

30 avril

2019

Résultats présentés











Revenus d'intérêts nets

4 417

$

4 392

$

4 193

$

8 809

$

8 467

$

Revenus autres que d'intérêts

3 539


3 749


3 610


7 288


6 940


Total des revenus

7 956


8 141


7 803


16 097


15 407


Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

1 846


926


873


2 772


1 561


Charges autres que d'intérêts

4 363


4 418


4 046


8 781


8 217


Bénéfice avant impôt sur le résultat

1 747


2 797


2 884


4 544


5 629


Charge d'impôt sur le résultat

423


471


625


894


1 123


Bénéfice net 

1 324

$

2 326

$

2 259

$

3 650

$

4 506

$

Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales

15


39


70


54


181


Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres

1 309

$

2 287

$

2 189

$

3 596

$

4 325

$

Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires

1 243

$

2 262

$

2 125

$

3 505

$

4 232

$

Bénéfice dilué par action (en dollars)

1,00

$

1,84

$

1,73

$

2,84

$

3,44

$

Ajustements











Montants liés aux acquisitions











Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur











créances initiale sur les instruments financiers productifs acquis1)

-

$

-

$

151

$

-

$

151

$

Coûts d'intégration2)

41


76


25


117


56


Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions,











à l'exception des logiciels2)

27


27


28


54


58


Coûts liés aux acquisitions

68


103


204


171


265


Compte de correction de valeur pour pertes sur créances - ajout d'un scénario1)

-


155


-


155


-


Ajustement de l'évaluation des dérivés3)

-


116


-


116


-


(Profit net) perte nette sur les cessions4)

-


(262)


(173)


(262)


(173)


Perte de valeur d'un actif logiciel2)

-


44


-


44


-


Ajustements (avant impôt)

68


156


31


224


92


Charge (économie) d'impôt sur le résultat

(21)


(138)


(27)


(159)


(44)


Ajustements (après impôt)

47


18


4


65


48


Ajustement attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle

(7)


(48)


(45)


(55)


(50)


Ajustements (après impôt et participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales)

40

$

(30)

$

(41)

$

10

$

(2)

$

Résultats ajustés











Revenus d'intérêts nets

4 417

$

4 392

$

4 193

$

8 809

$

8 467

$

Revenus autres que d'intérêts

3 539


3 597


3 437


7 136


6 767


Total des revenus

7 956


7 989


7 630


15 945


15 234


Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

1 846


771


722


2 617


1 410


Charges autres que d'intérêts

4 295


4 265


3 993


8 560


8 103


Bénéfice avant impôt sur le résultat

1 815


2 953


2 915


4 768


5 721


Charge d'impôt sur le résultat

444


609


652


1 053


1 167


Bénéfice net

1 371

$

2 344

$

2 263

$

3 715

$

4 554

$

Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales

22


87


115


109


231


Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres

1 349

$

2 257

$

2 148

$

3 606

$

4 323

$

Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires

1 283

$

2 232

$

2 084

$

3 515

$

4 230

$

Bénéfice dilué ajusté par action (en dollars)

1,04

$

1,83

$

1,70

$

2,87

$

3,44

$

Incidence des ajustements sur le bénéfice dilué par action (en dollars)

0,04

$

(0,01)

$

(0,03)

$

0,03

$

-

$


1)

Comptabilisé dans la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.


2)

Comptabilisé dans les charges autres que d'intérêts.


3)

Comptabilisé dans les revenus autres que d'intérêts.


4)

Le (profit) ou la perte sur les cessions est comptabilisé dans les revenus autres que d'intérêts; les coûts liés aux cessions sont comptabilisés dans les charges autres que d'intérêts.


Rapprochement des résultats présentés et ajustés par secteurs d'activité1)
















(en millions de dollars)

Réseau
canadien

Opérations
internationales

Gestion de
patrimoine
mondiale

Services
bancaires et
marchés
mondiaux

Autres

Total




Pour le trimestre clos le 30 avril 2020

Bénéfice net présenté

477

$

185

$

304

$

523

$

(165)

$

1 324

$

Total des ajustements (après impôt)

4


31


12


-


-


47


Bénéfice net ajusté

481

$

216

$

316

$

523

$

(165)

$

1 371

$



















Pour le trimestre clos le 31 janvier 2020

Bénéfice net présenté

852

$

582

$

309

$

372

$

211

$

2 326

$

Total des ajustements (après impôt)

56


117


12


79


(246)


18


Bénéfice net ajusté

908

$

699

$

321

$

451

$

(35)

$

2 344

$



















Pour le trimestre clos le 30 avril 2019

Bénéfice net présenté

819

$

701

$

298

$

420

$

21

$

2 259

$

Total des ajustements (après impôt)

4


130


11


-


(141)


4


Bénéfice net ajusté

823

$

831

$

309

$

420

$

(120)

$

2 263

$



















Pour le semestre clos le 30 avril 2020

Bénéfice net présenté

1 329

$

767

$

613

$

895

$

46

$

3 650

$

Total des ajustements (après impôt)

60


148


24


79


(246)


65


Bénéfice net ajusté

1 389

$

915

$

637

$

974

$

(200)

$

3 715

$



















Pour le semestre clos le 30 avril 2019

Bénéfice net présenté

1 680

$

1 529

$

575

$

755

$

(33)

$

4 506

$

Total des ajustements (après impôt)

8


157


24


-


(141)


48


Bénéfice net ajusté

1 688

$

1 686

$

599

$

755

$

(174)

$

4 554

$


1)

Se reporter à la rubrique « Données par secteurs d'activités » dans le Rapport trimestriel aux actionnaires pour le deuxième trimestre de 2020.

Données par secteurs d'activité

Restructuration des secteurs d'activité

En date du 1er novembre 2019, la Banque a établi la Gestion de patrimoine mondiale comme secteur d'activité distinct. Les résultats des activités de gestion de patrimoine qui étaient auparavant présentés dans les résultats du Réseau canadien et des Opérations internationales sont dorénavant présentés séparément pour ce nouveau secteur d'activité. Les résultats comparatifs des périodes antérieures du Réseau canadien et des Opérations internationales ont été retraités afin de tenir compte de ce changement.

L'information financière qui sera dorénavant présentée par la Banque portera sur cinq secteurs d'activité, à savoir :

  • le Réseau canadien (à l'exclusion des activités de gestion de patrimoine au Canada);
  • les Opérations internationales (à l'exclusion des activités de gestion de patrimoine à l'international);
  • la Gestion de patrimoine mondiale (incluant les activités de gestion de patrimoine au Canada et à l'international);
  • les Services bancaires et marchés mondiaux;
  • le secteur Autres.

Réseau canadien

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 477 millions de dollars, contre 819 millions de dollars. Le bénéfice net ajusté s'est établi à 481 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 342 millions de dollars, ou de 42 %. La diminution découle essentiellement de l'accroissement de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts productifs, de la baisse des revenus autres que d'intérêts et de la hausse des charges autres que d'intérêts, contrebalancés en partie par la progression des revenus d'intérêts nets attribuable à la forte augmentation du volume des actifs et des dépôts.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 375 millions de dollars, ou de 44 %. Le bénéfice net ajusté a reculé de 427 millions de dollars, ou de 47 %. La diminution découle essentiellement de l'accroissement de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts productifs ainsi que du recul des revenus autres que d'intérêts et des revenus d'intérêts nets, contrebalancés en partie par la baisse des charges autres que d'intérêts.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 1 329 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 351 millions de dollars, ou de 21 %. Le bénéfice net ajusté a reculé de 299 millions de dollars, ou de 18 %. La diminution découle essentiellement de l'accroissement de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts productifs, de la hausse des charges autres que d'intérêts et du recul des revenus autres que d'intérêts, contrebalancés en partie par l'augmentation des revenus d'intérêts nets attribuable à la forte augmentation du volume des actifs et des dépôts.

Opérations internationales

Performance financière selon les résultats présentés

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 173 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 465 millions de dollars, ou de 73 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 197 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 527 millions de dollars, ou de 73 %. La diminution est attribuable en majeure partie à l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et à l'incidence des activités cédées.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 345 millions de dollars, ou de 67 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 418 millions de dollars, ou de 68 %. La diminution est attribuable en majeure partie à l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances, à l'incidence des activités cédées et à l'avantage conféré au dernier trimestre par l'harmonisation des périodes de présentation des unités d'exploitation du Mexique avec celle de la Banque (l'« harmonisation des périodes de présentation »), qui s'est traduite par un mois supplémentaire de résultats.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 668 millions de dollars, ou de 49 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a diminué de 655 millions de dollars, ou de 45 %. La diminution est attribuable en majeure partie à l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et à l'incidence des activités cédées.

Performance financière en dollars constants

L'analyse ci-dessous portant sur les résultats d'exploitation est établie en dollars constants, en excluant l'incidence de la conversion des devises, qui est une mesure non conforme aux PCGR (se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » du Rapport trimestriel aux actionnaires pour le deuxième trimestre de 2020). La Banque est d'avis que la présentation de l'information en dollars constants permet au lecteur de mieux évaluer la performance des activités courantes. Les ratios se fondent sur les données présentées.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 173 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 440 millions de dollars, ou de 72 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est établi à 197 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 496 millions de dollars, ou de 72 %, attribuable en majeure partie à l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et à l'incidence des activités cédées.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 341 millions de dollars, ou de 66 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 412 millions de dollars, ou de 68 %, ce qui est imputable essentiellement à l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et à l'incidence des activités cédées. Le reste de la diminution s'explique par l'avantage conféré au dernier trimestre par l'harmonisation des périodes de présentation des unités d'exploitation du Mexique avec celle de la Banque (l'« harmonisation des périodes de présentation »), qui s'est traduite par un mois supplémentaire de résultats.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 657 millions de dollars, ou de 49 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a diminué de 636 millions de dollars, ou de 44 %, en raison surtout de l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et de l'incidence des activités cédées.

Gestion de patrimoine mondiale

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 10 millions de dollars, ou de 3 %, pour se chiffrer à 302 millions de dollars. Le bénéfice net ajusté a augmenté de 3 % pour se chiffrer à 314 millions de dollars. Cette progression s'explique essentiellement par la hausse des commissions de courtage et des revenus d'intérêts nets, atténuée par l'incidence des cessions. L'incidence des activités cédées a réduit de 4 % la croissance du bénéfice.  

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a diminué de 4 millions de dollars, ou de 1 %. Le bénéfice net ajusté a reculé de 4 millions de dollars, ou de 1 %, en raison de la baisse des revenus tirés des frais par suite de la dépréciation du marché, ce qui a été contrebalancé dans une certaine mesure par la diminution des charges liées aux volumes. L'avantage conféré au trimestre précédent par l'harmonisation des périodes de présentation des unités d'exploitation du Mexique avec celle de la Banque (l'« harmonisation des périodes de présentation »), qui s'est traduite par un mois supplémentaire de résultats, a touché la croissance du bénéfice dans une mesure de 2 %.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est fixé à 608 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de 43 millions de dollars, ou de 8 %. Le bénéfice net ajusté a progressé de 7 % pour se situer à 632 millions de dollars. Cette hausse est attribuable essentiellement à la hausse des revenus tirés des frais, annulée en partie par l'augmentation des charges autres que d'intérêts. L'incidence des activités cédées et l'harmonisation des périodes de présentation ont réduit de 2 % la croissance du bénéfice.

Services bancaires et marchés mondiaux

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 103 millions de dollars, ou de 25 %, pour se chiffrer à 523 millions de dollars. La hausse des revenus d'intérêts nets et des revenus autres que d'intérêts ainsi que l'incidence favorable de la conversion des devises ont été neutralisées en partie par la hausse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et l'augmentation des charges autres que d'intérêts.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 151 millions de dollars, ou de 41 %. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 72 millions de dollars, ou de 16 %, en raison surtout de l'augmentation des revenus d'intérêts nets et des revenus autres que d'intérêts ainsi que de la baisse des charges autres que d'intérêts, ce qui a été contré en partie par la hausse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 140 millions de dollars, ou de 19 %, pour se chiffrer à 895 millions de dollars. Le bénéfice net ajusté attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 219 millions de dollars, ou de 29 %, pour se chiffrer à 974 millions de dollars, en raison de la hausse des revenus autres que d'intérêts, compensée en partie par l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et des charges autres que d'intérêts.

Autres

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

La perte nette attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est chiffrée à 166 millions de dollars, comparativement à un bénéfice net de 20 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. La perte nette ajustée attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est creusée de 44 millions de dollars, ce qui s'explique surtout par les charges au titre des activités liées aux métaux de 212 millions de dollars et les coûts additionnels liés à la pandémie de COVID-19, facteurs contrebalancés en partie par l'augmentation des revenus d'intérêts nets tirés des activités de gestion de l'actif et du passif et par les profits sur la vente de titres de placement.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

La perte nette attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est creusée de 405 millions de dollars pour s'établir à 166 millions de dollars. La perte nette ajustée attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a représenté une baisse de 131 millions de dollars, ce qui s'explique surtout par les charges au titre des activités liées aux métaux de 212 millions de dollars et les coûts additionnels liés à la pandémie de COVID-19. Les revenus d'intérêts nets ont tiré parti de l'augmentation de l'apport des activités de gestion de l'actif et du passif, alors que les revenus autres que d'intérêts ont progressé grâce aux profits sur la vente de titres de placement.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est chiffré à 73 millions de dollars, comparativement à une perte nette de 34 millions de dollars. La perte nette ajustée attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s'est élevée à 201 millions de dollars, ce qui représente une variation à la baisse de 25 millions de dollars qui s'explique principalement par les charges au titre des activités liées aux métaux de 232 millions de dollars et les coûts additionnels liés à la pandémie de COVID-19. Les résultats du secteur ont tiré profit de l'augmentation des revenus d'intérêts nets tirés des activités de gestion de l'actif et du passif et des profits sur la vente de titres de placement.  

Risque de crédit

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du deuxième trimestre de 2019

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est chiffrée à 1 846 millions de dollars, contre 873 millions de dollars, en hausse de 973 millions de dollars, ou de 111 %. La dotation ajustée au compte de correction de valeur pour pertes sur créances présente une augmentation de 1 124 millions de dollars, ou de 156 %. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a augmenté de 58 points de base pour s'établir à 119 points de base et le ratio ajusté présente une augmentation de 68 points de base.

La dotation au titre des prêts douteux s'est chiffrée à 870 millions de dollars, contre 700 millions de dollars, ce qui correspond à un accroissement de 170 millions de dollars, ou de 24 %, imputable principalement à la hausse des dotations au titre des prêts aux particuliers, qui s'explique par la croissance interne et le contexte macroéconomique défavorable, ainsi qu'à la hausse des dotations au titre des portefeuilles de prêts aux entreprises du Réseau canadien et des Services bancaires et marchés mondiaux. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts douteux a augmenté de sept points de base pour s'établir à 56 points de base.

La dotation au titre des instruments financiers productifs s'est chiffrée à 976 millions de dollars, comparativement à 173 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de 803 millions de dollars. La dotation ajustée au titre des prêts productifs a augmenté de 954 millions de dollars, dont une partie, soit 679 millions de dollars, est attribuable aux prêts aux particuliers. La hausse s'explique avant tout par les perspectives macroéconomiques défavorables, selon lesquelles on s'attend essentiellement à une augmentation du taux de chômage et à une baisse du PIB. Les dotations au titre des prêts productifs aux entreprises et aux sociétés ont augmenté de 275 millions de dollars en raison des perspectives macroéconomiques défavorables et de la chute des cours du pétrole, qui a influé sur le secteur de l'énergie à l'échelle mondiale.

Comparaison du deuxième trimestre de 2020 et du premier trimestre de 2020

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est chiffrée à 1 846 millions de dollars, contre 926 millions de dollars, en hausse de 920 millions de dollars. La dotation ajustée au compte de correction de valeur pour pertes sur créances présente une augmentation de 1 075 millions de dollars, ou de 139 %. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a augmenté de 58 points de base pour s'établir à 119 points de base et le ratio ajusté présente une augmentation de 68 points de base.

La dotation au titre des prêts douteux s'est chiffrée à 870 millions de dollars, ce qui correspond à un accroissement de 35 millions de dollars, ou de 4 %. La dotation ajustée au titre des prêts douteux présente une augmentation de 68 millions de dollars, ou de 8 %, imputable principalement à la hausse des dotations au titre des prêts aux entreprises du Réseau canadien et des Opérations internationales. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts douteux s'est établi à 56 points de base, soit une hausse de un point de base et, le ratio ajusté présente une augmentation de trois points de base.

La dotation au titre des instruments financiers productifs s'est chiffrée à 976 millions de dollars, comparativement à 91 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de 885 millions de dollars. La dotation ajustée au titre des prêts productifs a augmenté de 1 007 millions de dollars, dont une partie, soit 714 millions de dollars, est attribuable aux prêts aux particuliers. La hausse s'explique avant tout par les perspectives macroéconomiques défavorables, selon lesquelles on s'attend à une augmentation du taux de chômage et à une baisse du PIB. Les dotations au titre des prêts productifs aux entreprises et aux sociétés ont augmenté de 293 millions de dollars en raison des perspectives macroéconomiques défavorables et de la chute des cours du pétrole, qui a influé sur le secteur de l'énergie à l'échelle mondiale.

Comparaison du premier semestre de 2020 et du premier semestre de 2019

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est chiffrée à 2 772 millions de dollars, contre 1 561 millions de dollars, en hausse de 1 211 millions de dollars. La dotation ajustée au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est établie à 2 617 millions de dollars, contre 1 410 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de 1 207 millions de dollars, ou de 86 %. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a augmenté de 36 points de base pour s'établir à 90 points de base, alors que le ratio ajusté a augmenté de 36 points de base pour s'établir à 85 points de base.

La dotation au titre des prêts douteux s'est chiffrée à 1 705 millions de dollars, ce qui correspond à un accroissement de 326 millions de dollars. La dotation ajustée au titre des prêts douteux s'est établie à 1 672 millions de dollars, ce qui correspond à une augmentation de 293 millions de dollars, ou de 21 %, imputable principalement à la hausse des dotations au titre des prêts aux particuliers, qui s'explique par la croissance interne, et à la hausse des dotations au titre des prêts aux entreprises du Réseau canadien et des Services bancaires et marchés mondiaux. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts douteux s'est fixé à 55 points de base, soit une hausse de sept points de base, alors que le ratio ajusté de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts douteux a augmenté de six points de base pour se fixer à 54 points de base.

La dotation au titre des prêts productifs s'est chiffrée à 1 067 millions de dollars, comparativement à 182 millions de dollars. La dotation ajustée au titre des prêts productifs s'est établie à 945 millions de dollars, contre 31 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de 914 millions de dollars, dont une partie, soit 660 millions de dollars, est attribuable aux prêts aux particuliers. La hausse s'explique avant tout par les perspectives macroéconomiques défavorables, selon lesquelles on s'attend à une augmentation du taux de chômage et à une baisse du PIB. Les dotations au titre des prêts productifs aux entreprises et aux sociétés ont augmenté de 254 millions de dollars en raison des perspectives macroéconomiques défavorables et de la chute des cours du pétrole, qui a influé sur le secteur de l'énergie à l'échelle mondiale.

Compte de correction de valeur pour pertes sur créances

Le compte de correction de valeur pour pertes sur créances total s'établissait à 6 079 millions de dollars au 30 avril 2020. Le compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des prêts se situait à 6 005 millions de dollars, en hausse de 984 millions de dollars par rapport au trimestre précédent et de 928 millions de dollars par rapport au 31 octobre 2019. La hausse a découlé essentiellement de l'augmentation des dotations au titre des prêts aux particuliers et aux entreprises attribuable aux perspectives macroéconomiques défavorables visant principalement une hausse du taux de chômage, une baisse du PIB et des conditions de marché difficiles en ce qui a trait au secteur pétrogazier à l'échelle mondiale. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'incidence de la conversion des devises. L'augmentation en regard du quatrième trimestre de 2019 découle également de l'incidence des scénarios de rechange, ce qui a été atténué par les cessions.

Le compte de correction de valeur au titre des prêts douteux a augmenté, passant de 1 533 millions de dollars au trimestre précédent et de 1 595 millions de dollars au 31 octobre 2019 à 1 643 millions de dollars, en raison essentiellement de l'augmentation des dotations au titre des prêts aux particuliers dans le secteur des Opérations internationales et de l'augmentation des dotations au titre des portefeuilles de prêts bancaires aux entreprises du Réseau canadien et des Opérations internationales. Le compte de correction de valeur à l'égard des prêts productifs a augmenté pour s'établir à 4 362 millions de dollars, alors qu'il s'établissait à 3 488 millions de dollars au 31 janvier 2020 et à 3 482 millions de dollars au 31 octobre 2019, en raison principalement de l'augmentation des dotations au titre des prêts aux particuliers et aux entreprises attribuable aux perspectives macroéconomiques défavorables, surtout en ce qui a trait au chômage et au PIB, et aux conditions de marché défavorables qui ont influé sur le secteur pétrogazier à l'échelle mondiale.

Prêts douteux

Le montant brut des prêts douteux était de 5 120 millions de dollars au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse par rapport au montant de 4 770 millions de dollars au dernier trimestre, ce qui est attribuable principalement aux nouveaux prêts douteux compris dans les portefeuilles de prêts aux entreprises et de prêts aux sociétés. Le ratio du montant brut des prêts douteux se situait à 78 points de base au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de un point de base par rapport au trimestre précédent.

Le montant net des prêts douteux du Réseau canadien totalisait 814 millions de dollars au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de 74 millions de dollars par rapport au 31 janvier 2020, en raison principalement des prêts aux entreprises nouvellement classés comme étant douteux. Le montant net des prêts douteux des Opérations internationales totalisait 2 406 millions de dollars au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de 107 millions de dollars par rapport au 31 janvier 2020, attribuable principalement aux prêts aux entreprises nouvellement classés parmi les prêts douteux, ce qui a été atténué par la hausse des comptes de correction de valeur au titre des prêts aux particuliers. Le montant net des prêts douteux des Services bancaires et marchés mondiaux se chiffrait à 230 millions de dollars au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de 56 millions de dollars par rapport au 31 janvier 2020, attribuable essentiellement à un prêt à un client du secteur de l'énergie nouvellement classé parmi les prêts douteux. Le montant net des prêts douteux de la Gestion de patrimoine mondiale s'élevait à 23 millions de dollars au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de 3 millions de dollars par rapport au 31 janvier 2020. Le montant net des prêts douteux exprimé en pourcentage des prêts et des acceptations s'établissait à 0,53 % au 30 avril 2020, ce qui représente une hausse de un point de base par rapport au trimestre précédent, alors qu'il avait atteint 0,52 %.

Ratios de fonds propres

Le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 de la Banque s'établissait à 10,9 % au 30 avril 2020, ce qui correspond à une baisse d'environ 50 points de base par rapport à celui du trimestre précédent, du fait surtout de l'autogénération de capital, qui a été plus que contrebalancée par l'augmentation des soldes prélevés quant aux prêts aux sociétés et aux entreprises, du risque de crédit de contrepartie et des actifs pondérés en fonction des risques pour ajustement de l'évaluation du crédit. Le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 a aussi bénéficié dans une mesure de 10 points de base des ajustements transitoires du BSIF visant l'intégration partielle des augmentations des pertes sur créances attendues des phases 1 et 2 par rapport à leur niveau de référence au 31 janvier 2020.

Le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres de la Banque se sont fixés à 11,9 % et à 14,0 %, respectivement, ce qui représente une baisse d'environ 60 points de base par rapport à ceux du trimestre précédent, attribuable principalement aux incidences susmentionnées sur le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1.

Le ratio de levier de la Banque s'établissait à 4,4 % au 30 avril 2020, ce qui correspond à une hausse d'environ 40 points de base par rapport à celui du trimestre précédent, en raison principalement de l'exclusion temporaire des réserves de banques centrales et des titres d'États souverains du ratio de levier par le BSIF, ce qui a été en partie contrebalancé par la croissance des actifs consolidés de la Banque.

Au 30 avril 2020, le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio de T1, le ratio total des fonds propres et le ratio de levier dépassaient amplement les ratios minimaux des fonds propres du BSIF.

Énoncés prospectifs

À l'occasion, nos communications publiques comprennent des énoncés prospectifs verbaux ou écrits. Le présent document renferme ce genre d'énoncés, qui peuvent également être intégrés à d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ou à d'autres communications. De plus, des représentants de la Banque peuvent fournir verbalement des énoncés prospectifs à certains analystes, investisseurs, médias et autres intervenants. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles d'exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et de toute loi pertinente sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada. Les énoncés prospectifs peuvent comprendre, notamment, les énoncés formulés dans le présent document, dans le rapport de gestion de la Banque figurant dans son rapport annuel 2019 à la rubrique « Perspectives », ainsi que dans tout autre énoncé concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour les atteindre, le contexte réglementaire dans lequel la Banque exerce ses activités, ses résultats financiers prévisionnels et les perspectives à l'égard des activités de la Banque et de l'économie du Canada, des États-Unis et du monde entier. On reconnaît habituellement les énoncés prospectifs à l'emploi de termes ou d'expressions comme « croire », « prévoir », « s'attendre à », « envisager », « avoir l'intention de », « estimer », « projeter », « planifier », « viser » et autres expressions similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au conditionnel comme « devrait » et « pourrait ».

Du fait de leur nature, les énoncés prospectifs exigent que nous posions des hypothèses et sont assujettis à des incertitudes et à des risques inhérents qui donnent lieu à la possibilité que les prédictions, les prévisions, les projections, les attentes ou les conclusions se révèlent inexactes, que nos hypothèses puissent être incorrectes et que nos objectifs de performance financière, notre vision et nos objectifs stratégiques ne puissent être atteints.

Nous conseillons aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes, des cibles, des estimations et des intentions exprimées dans ces énoncés prospectifs en raison de divers facteurs de risque, dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et dont l'incidence peut être difficile à prévoir.

Les résultats futurs liés aux énoncés prospectifs peuvent être influencés par de nombreux facteurs, dont, sans s'y limiter, les conditions générales de l'économie et du marché dans les pays où nous exerçons nos activités; les variations des taux de change et d'intérêt; la hausse des coûts de financement et de la volatilité en raison de l'illiquidité du marché et de la concurrence pour le financement; le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers la Banque et envers les sociétés membres de son groupe; les changements apportés aux politiques monétaires, fiscales ou économiques et les modifications apportées aux lois fiscales et aux interprétations connexes; les changements apportés aux lois et à la réglementation ou aux attentes et exigences prudentielles, y compris les exigences et les lignes directrices relatives aux fonds propres, aux taux d'intérêt et à la liquidité, ainsi que l'incidence de ces changements sur les coûts de financement; les changements aux notations de crédit qui nous sont attribuées; le risque d'exploitation et le risque lié aux infrastructures; le risque de réputation; l'exactitude et l'exhaustivité de l'information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun; notre capacité à réaliser nos plans stratégiques, notamment à mener à terme les acquisitions et les cessions, ce qui comprend l'obtention des approbations des autorités de réglementation; les principales estimations comptables et l'incidence des modifications des normes comptables, des règlements et des interprétations connexes sur ces estimations; l'activité sur les marchés financiers mondiaux; la capacité de la Banque à recruter, à former et à conserver des dirigeants clés; l'évolution de divers types de fraude ou d'autres activités criminelles auxquels la Banque est exposée; les perturbations et les attaques (notamment les cyberattaques) visant les technologies de l'information, l'accès au réseau ou les autres systèmes ou services de communication vocaux ou de données de la Banque ou visant Internet; l'augmentation de la concurrence dans tous nos secteurs géographiques et d'activité, notamment en provenance de concurrents offrant des services bancaires par Internet et par appareil mobile et de concurrents non conventionnels; l'exposition liée aux enjeux réglementaires et aux litiges importants; la survenance de catastrophes naturelles ou non et les réclamations découlant de ces événements; le déclenchement sur une grande échelle de crises sanitaires ou de pandémies, notamment l'ampleur et la durée de la pandémie de COVID-19 et son incidence sur l'économie mondiale et les conditions des marchés financiers ainsi que sur les activités, les résultats d'exploitation, la situation financière et les perspectives de la Banque; de même que la capacité de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent ces facteurs. Une grande partie des activités de la Banque consiste à consentir des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d'avoir une incidence défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur sa liquidité. Ces facteurs, et d'autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les énoncés prospectifs. La Banque tient à préciser que la liste ci-dessus n'est pas une liste exhaustive de tous les facteurs de risque et autres facteurs potentiels pouvant avoir une incidence négative sur ses résultats. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à la rubrique « Gestion du risque » du rapport annuel 2019 de la Banque, compte tenu des ajouts figurant dans les rapports trimestriels.

Les hypothèses économiques importantes sous-jacentes aux énoncés prospectifs figurant dans le présent document sont présentées dans le rapport annuel 2019 à la rubrique « Perspectives », compte tenu des ajouts figurant dans les rapports trimestriels. Ces rubriques « Perspectives » sont fondées sur les opinions de la Banque et leur réalisation est incertaine. Le lecteur est prié de tenir compte des facteurs susmentionnés à la lecture de ces rubriques. Lorsqu'ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur d'autres incertitudes et éventualités. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document reflètent l'avis de la direction à la date des présentes seulement et sont présentés dans le but d'aider les actionnaires de la Banque et les analystes à comprendre la situation financière de la Banque, ses objectifs et ses priorités ainsi que sa performance financière prévisionnelle aux dates indiquées et pour les périodes closes à ces dates, et ils peuvent ne pas convenir à d'autres fins. Sauf si la loi l'exige, la Banque ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom.

Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque, y compris sa notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, au www.sedar.com, ainsi que dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

Renseignements pour les actionnaires

Régime de dividendes et d'achat d'actions 

Le régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions de la Banque Scotia permet aux actionnaires ordinaires et privilégiés d'acquérir d'autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en trésorerie sans avoir à acquitter de frais de courtage ou d'administration.

Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d'affecter, au cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l'achat d'actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Tous les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le régime, il suffit de communiquer avec l'agent des transferts.

Site Web

Pour obtenir des renseignements concernant la Banque Scotia et ses services, visitez notre site Web, au www.banquescotia.com.  

Conférence téléphonique et diffusion sur le Web 

La conférence téléphonique sur les résultats trimestriels aura lieu le 26 mai 2020, à 8 h (heure avancée de l'Est), et devrait durer environ une heure. Les parties intéressées sont invitées à accéder à la conférence directement, en mode écoute seulement, par téléphone en composant le 416-641-6104 ou le 1-800-952-5114 (sans frais) et en utilisant le code d'accès 7923431, suivi du carré (#) (veuillez téléphoner un peu avant 8 h, heure avancée de l'Est). Une diffusion audio sur le Web avec les diaporamas afférents sera accessible par l'intermédiaire de la page Relations avec les investisseurs, au www.banquescotia.com.

Une période de questions suivra la présentation des résultats par la haute direction de la Banque Scotia. Une transmission différée par téléphone de la conférence téléphonique sera disponible du 26 mai 2020 au 25 juin 2020, en composant le 905-694-9451 ou le 1‑800‑408-3053 (sans frais en Amérique du Nord) et le code d'accès 1876632, suivi du carré (#). La diffusion audio sur le Web sera disponible sur le site Web de la Banque pendant trois mois.

Coordonnées

Investisseurs :
Les analystes financiers, les gestionnaires de portefeuilles et les autres investisseurs institutionnels qui souhaitent obtenir de l'information financière concernant la Banque sont priés de communiquer avec le service Relations avec les investisseurs, Affaires financières :

Banque Scotia
Scotia Plaza - 44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1H1 Canada  
Téléphone : 416-775-0798
Courriel : investor.relations@scotiabank.com 

Communications mondiales :

Banque Scotia
44, rue King Ouest, Toronto (Ontario) M5H 1H1
Canada
Courriel : corporate.communications@scotiabank.com

Actionnaires :
Pour obtenir des renseignements sur un changement d'inscription d'actions, un changement d'adresse, les dividendes, les transferts successoraux ou la perte de certificats d'actions, ou pour demander que cessent des envois multiples, veuillez vous adresser à l'agent des transferts de la Banque :

Société de fiducie Computershare du Canada
100, avenue University, 8e étage
Toronto (Ontario) M5J 2Y1 Canada  
Téléphone : 1-877-982-8767
Télécopieur : 1-888-453-0330
Courriel : service@computershare.com

Coagent de transfert (États-Unis)
Computershare Trust Company N.A.
250 Royall Street
Canton, MA 02021, U.S.A.
Téléphone : 1-800-962-4284

Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de contacter le Secrétariat général :
Banque Scotia
Scotia Plaza - 44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1H1 Canada  
Téléphone : 416-866-3672
Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com

Quarterly Reports available in English

The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H 1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may adjust our records. 

SOURCE Scotiabank

Copyright 2020 Canada NewsWire

Su Consulta Reciente
BMV
FIBRAPL14
Fibra Prol..
BMV
AMXL
América Mó..
BMV
ME
IPC México
BMV
ALSEA*
Alsea
FX
USDMXN
United Sta..
Las acciones que ha visto aparecerán en este recuadro, lo que le permite volver fácilmente a las cotizaciones que ha consultado previamente
Registrarse ahora para crear su lista personalizada de acciones en streaming.

Cotizaciones PLUS están en tiempo real. Cotizaciones NYSE y AMEX están con retraso de por lo menos 20 minutos.
El resto de las cotizaciones están con retraso de por lo menos 15 minutos al menos que se indique lo contrario.

Al acceder a los servicios disponibles de ADVFN usted acepta quedar sujerto a los Términos y Condiciones

P: V:mx D:20200707 15:11:22